Vous êtes ici : Accueil > Famille > Mon bébé vient de naître… mais je ne suis pas heureuse. Comment réagir ?

Mon bébé vient de naître… mais je ne suis pas heureuse. Comment réagir ?


Femme malheureuseAh ces hormones, elles n’ont pas fini de nous jouer de vilains tours. Même après la naissance de notre petit bout; ces jours que l’on imaginait d’avance, depuis plusieurs années, comme faisant partis des plus beaux jours de notre vie. Et pourtant, on crie, on pleure, on est agacé en permanence… Bref, on est atteinte par ce que l’on appelle, en language marketing (ça fait mieux), le baby blues… Qui n’est ni plus ni moins qu’un un état dépressif bénin… qui dure, quand même, entre 2 à 7 jours, voire plus, s’il s’agit d’une dépression post-natale.

Comment se manifeste le baby blues ?

Ne commencez pas déjà à imaginer que vous êtes une mauvaise mère depuis que bébé est né, simplement parce que vous pleurez et criez sans raison apparente. Vous allez vous reprendre et puis, vous n’ êtes pas réellement responsable de votre état. Et sachez que, bien que de nombreuses femmes vous diront le contraire, 80 % des jeunes mamans souffrent de baby blues. C’est logique puisque du au bouleversement hormonal… Votre taux de progestérone et d’oestrogène, très élevé pendant 9 mois, redescend presque à 0 en trois jours ! Ce qui n’est pas sans conséquence; mis à part pour quelques exceptions.

Le baby blues, cet état dépressif bénin, se manifeste généralement dès le retour à la maison. A ce moment précis, surtout s’il s’agit de son premier enfant, la maman en herbe prend conscience de ses responsabilités, celui d’élever un enfant… et doute d’elle-même. Certaines ont même le sentiment de perdre le contrôle sur leur vie. Il faut dire que la fatigue aidant, on broie vite du noir…. Rassurez-vous, le baby blues ne dure, en principe, pas plus d’une semaine. Au-délà, il peut s’agir d’une dépression post-natale (DPN), une maladie qui touche une femme sur dix. Dans ce cas précis, mieux vaut prendre rendez-vous avec son médecin traitant pour envisager, à court terme, des solutions… pour retrouver son optimisme et son énergie d’avant.

Nos conseils…

Vous êtes épuisée. Et c’est bien normal. Pensez à ce que vous avez enduré ces 9-10 derniers mois. Essayez donc, dès que bébé dort, de dormir vous aussi ou, au moins, de vous allonger de temps à autre dans la journée une petite 1/2 heure. Ou alors déléguez au papa, aux grands-parents… Sans vous laisser intimider par les conseils, parfois has-been, de belle-maman ! Dans cette aventure, dîtes-vous bien que vous n’êtes pas seule !

Et puis ne restez pas enfermée durant votre congés maternité. Faîtes faire un petit tour à bébé, tous les jours si vous en avez le courage. En plus, il va adorer découvrir toutes ces choses étranges qui l’entourent. Même si vous vous sentez fatiguée, cette « pause » vous fera le plus grand bien. Et si vous êtes entourée par d’autres jeunes mamans, donnez-vous rendez-vous entre deux biberons pour échanger sur vos doutes, vos angoisses, et… vos bonheurs quand même; même si, à ce moment là, on évoque plutôt les nuits sans sommeil, les pleurs de bébé… Et pas toujours ses sourires esquissés. Evitez cependant les mamans, en apparence, « parfaites », soit celles qui passeront leur temps à vous dire que leur enfant ne pleure jamais (ça n’existe pas !), qu’il faisait déjà ses nuits à la maternité (alors qu’il se réveillait comme tous les autres pour téter !), qu’elles sont encore plus en forme qu’avant… Et que le baby blues n’est qu’une pure invention… masculine !





Famille sur notre guide bébé